Mise en route, calage,


 LE CALAGE

Le premier des devoirs, lorsque l'on a la charge d'une horloge comtoise, c'est de savoir caler son horloge soi même.

Comme au temps passé, dans les fermes isolées de nos campagnes, il y avait toujours un ancien dans la maison qui avait cette charge de maintenir "la grande horloge" en service.

En fait, il suffit de respecter quelques règles bien précises et une horloge en état de fonctionner doit pouvoir être mise en route par n'importe quel individu et sans qu'il soit le moins du monde nécessaire d'avoir des connaissances ou notions élémentaires d'horlogerie.

Si l'on a des doutes sur sa nouvelle acquisition, il faut de toute façon"tenter sa chance". Si vous suivez à la lettre les conseils qui suivent et que malgré tout l'horloge s'obstine à ne pas vouloir fonctionner , alors pas de doute, confiez la à un horloger reparateur qui lui refera une santé assortie d'une garantie .Vous aurez ainsi la conscience tranquille.

Dans 70 % des cas, une horloge qui ne fonctionne pas est une horloge mal calée.

Voici les TROIS REGLES D'OR POUR CALER UNE COMTOISE.


1-LE CALAGE DE LA GAINE EN SAPIN

Au siècle dernier, les boitiers d'horloges comtoises en sapin étaient livrés avec les pieds arrières légèrement plus courts que ceux de devant. Cela permettait à l'horloge de s'adosser au mur et à son propriétaire de négocier avec aisance ce que je considère la première et de loin la plus importante des trois règles d'or:" le calage facial".

 

2-LE CALAGE FACIAL

Ouvrez les trois portes du haut de votre comtoise, posez le mécanisme sur son support , centrez le , accrochez les poids( si l'un est plus lourd que l'autre, le mettre à droite côté sonnerie ), puis accrochez le balancier à sa tige.

Je recommande de faire cette manipulation d'accrochage du balancier avec douceur, car en haut et dans le prolongement de cette tige, existe une fine lamelle d'acier( 12), celle-la même qui permet une grande sensibilité au balancement. Cette lamelle est très fragile.

A l'arrêt, ce balancier vous servira de fil à plomb pour contrôler ce que j'appelle le "calage facial" avant arrière.

Pour ce faire, observez la branche de suspension ( 24 ), le tirant ( 25 ) et la suspension ( 12 ). Le tout ne devant pas frotter aucune partie du mécanisme.

Pour modifier ce calage, il vous suffit d'approcher ou d ' éloigner la base de la gaine d'horloge du mur, le haut prenant toujours appui sur le mur.

 

3-LE CALAGE LATERAL

C'est la dernière difficulté. Sans connaissance spéciale et surtout sans l'aide d'aucun matériel( proscrire le niveau à bulle ou ne l'utiliser pour dégrossir que sur les sols très accidentés ), nous allons effectuer les dernières manoeuvres selon un tâtonnement apparent , mais qui permettra d'obtenir un résultat sûr par éliminations successives. Bien qu'empirique, cette méthode est infaillible.

Après avoir donné une légère impulsion à votre balancier, observez-le tout en écoutant son tic-tac. Le bruit doit être suivi par une distance que le balancier doit parcourir avant de repartir dans l'autre sens, et cette distance doit être égale à droite comme à gauche. Si ce n'est pas le cas, compensez par un calage du mécanisme seulement.

Le calage s'effectue en utilisant de préférence du carton plat, genre carton à chaussures( pas de carton ondulé qui s'affaisse avec le temps ). On le placera en soulevant légèrement le mécanisme sous l'avant et l'arrière du côté choisi.

Vous l'avez vu, et ceci est très important, on ne met pas de cale à la gaine d'horloge, seulement au mécanisme.

Si malgré l'explication précédente, concernant la relation et si malgré l'équilibre qui doit exister entre le bruit et la fin de parcours du balancier, vous éprouvez des difficultés à trouver le bon calage, pas de panique, nous utiliserons la méthode plus empirique décrite plus haut, à qui rien ne résiste.

Le balancier s'est donc arrêté sans cause apparente. Nous allons caler un côté au hasard, de la façon décrite plus en avant. Si le balancier s'arrête à nouveau, nous allons rajouter une épaisseur de cale et renouveler cette opération autant de fois que nécessaires cinq à six fois maximum quand même, autrement il faut agir sur la tige ( 13 ), mais avec circonspection ).

De deux choses l'une, soit vous finissez par trouver le bon équilibre en calant le premier côté choisi et alors tant mieux, le problème est ainsi terminé, ou alors votre balancier au fur et à mesure des épaisseurs ajoutées s'arrête de plus en plus rapidement.

Dans ce dernier cas pas de doute, vous avez choisi le mauvais côté. Il vous suffit alors d'enlever les cales et de recommencer degré par degré les mêmes opérations de l'autre côté. Vous devez forcément tomber sur le bon équilibre, si bien entendu rappelons-le, votre mécanisme est en état de fonctionner