Réflexion sur un article du mensuel Art & Décoration

 


 

 

 

Le numéro 376 du mensuel Art & Décoration consacre une page à la Comtoise. Un article qui exhorte à la restauration de cette objet et qui donne quelques renseignements généralistes sur l'entretien de la Grande Horloge.

Tout ce qui peut aller dans le sens d'une juste reconnaissance de cet art populaire ne peut-être que bienvenue. Je ne peux que féliciter et remercier Art & décoration (d'autant plus que mes coordonnées ont été signalées et que l' ouvrage "La Grande Horloge " a été cité).

Pourtant une photographie a retenu mon attention. En effet on peut apercevoir une grande porte de comtoise et un individu qui s'affaire à la restaurer, un pinceau à la main. Mais peut-on raisonnablement parler de "restauration"?

Que fait-il ?

Il recouvre par un épais filet blanc opaque les arabesques et les gravures anciennes qui encadrent la porte. Par l'expérience des centaines de décors de comtoises que nous avons pu observer à l'atelier, je peux dire et affirmer que ces filets et arabesques n'étaient jamais soutenus par de telles couleurs surajoutées (qu'à de rares exceptions). Car l'intérêt de l'ancienne technique résidait avant tout dans le contraste entre faux-bois et bois naturel. Ce procédé lui confère, pour les motifs les plus réussis, un aspect très délicat et subtil faisant penser à la marqueterie.

Ce cachet est totalement dénaturé, à mon sens, par ce travail superfétatoire qui ne tient pas compte de la sensibilité des artisans jurassiens et de leurs techniques unique au monde.

-Si l'on considère que le travail du restaurateur est de se faire le plus discret et le plus humble possible face à l'oeuvre sur lequel il travaille,

-s'il s'agit de ne jamais rajouter d'éléments personnels mais bien de révéler et de reconstituer,

-s'il convient de ne pas modifier mais bien de percevoir la quintessence de l'objet. Se mettre en harmonie grâce à l'authentique savoir faire, afin de retrouver l'aspect qui était sien quelques décennies auparavant : Alors je considère que cette photo, très explicite, démontre un travail qui ne correspond évidemment pas à un idéal, mais surtout qui est exempt de la moindre modération et de la retenue qui devrait être l'apanage de tout restaurateur spécialisé.

Afin de rendre cette explication plus concrète, vous pouvez consulter une illustration de ce contre exemple dans mes pages "exemples de restauration", qui présente un décor, qui était à l'origine pourvu d'un vert beaucoup plus intense, à n'en pas douter, mais que nous n'avons pas renforcé . En effet, l'harmonie générale et l'équilibre esthétique étant constaté, il ne nous a pas paru nécessaire de rajouter quoi que ce soit.

Je souhaitais vous apporter ma réflexion sur ce sujet .Pour vous faire une idée plus précise, je vous invite à lire cet article et à consulter cette photographie et l'article sur ce numéro de Art & Décoration.

Au plaisir de lire vos propres réflexions.

 

Vous n'êtes pas d'accord ? Vous avez des précisions à donner ? Je vous invite a écrire votre commentaire qui pourra être ajouté à la suite de cet article

Nom

*

votre adresse electronique

Commentaires